UN LIEU :

Le LFTP est composé de deux espaces : Un plateau de 300 m2 “le théâtre” et un autre de 350 m2 “le plateau de danse”, ouverts tous les jours de la semaine à des apprentis comédiens en quête d’une pédagogie exigeante.
Les travaux de l’école sont présentés tous les mois en public.

DES INTERVENANTS :

Maxime Franzetti, Pepe Robledo, Frédéric Jessua, Jean-Pierre Garnier, Thomas Bouvet, Lorraine De Sagazan, Alexandre Zeff, Alexandre Ethève, Peggy Dias, Sylvain Dieuaide, Tatanka Gombaud, Sébastien Perrault, Benjamin Porée, Vincent Thomasset, Martin jaspar, Camille Durand Tovar.
Et d’autres à venir…

DU TRAVAIL :

Interprétation, training, commandes, danse contemporaine, voix parlée voix chantée, diction, alexandrins, yoga, masque neutre et expressif, écriture, travail à la caméra, conception de maquettes, (…)

C’est grâce à tout cela que le LFTP est depuis trois ans classé dans les six meilleures écoles de Paris.

Le LFTP, C’EST QUOI ?



Cette école a pour ambition d’être un déclencheur de création ; c’est un lieu en questionnement perpétuel où tout est à apprendre, tout est à construire, où l’élève est autant moteur qu’apprenti.
L’ambition de cette formation est d’emmener l’élève à découvrir sa singularité de créateur en passant par les multiples formes du spectacle vivant.


L’élève qui vient se former au LFTP vient avec une nécessité de théâtre.
C’est-à-dire qu’il vient pour y affûter ses outils, pour y engranger des connaissances, pour se questionner et se positionner face au monde. Être ici pour faire des choix. Au LFTP on ne peut pas être neutre.
Libérer la voix, le corps de l’acteur, lui rendre son mouvement propre, l’emmener vers une traversée sincère de ses émotions sont autant d’enjeux inscrits dans le cahier des charges de la formation.


Intégré dans un groupe de travail, porté par une dynamique commune de créativité et de passion, le LFTP se propose d’être une plateforme de rencontres, un laboratoire de recherches artistiques, sous le regard d’une équipe pédagogique composée par de nombreux professionnels en activité qui se questionnent eux aussi sur les enjeux du théâtre contemporain. Le LFTP s’intéresse aux processus plutôt que de s’attacher seulement aux résultats produits. La multiplicité des intervenants préserve l’élève d’une pensée unique et l’oblige à se construire en appréhendant plus justement son futur environnement de travail.


Au-delà d’un simple travail d’interprétation ou de mise en voix de textes dramatiques, l’élève aura toute la liberté possible pour chercher la matière de son théâtre en répondant à des commandes, à des projets collectifs, en cherchant avec l’équipe pédagogique son cheminement créatif.


Cette formation qui se déroule en deux ans permet à l’élève de se déployer dans la création autant que dans l’interprétation. La première année est faite pour inventorier ses outils, en découvrir d’autres et les mettre au service de commandes qui de semaine en semaine construisent l’acteur-créateur. La deuxième année est conçue en une succession de stages qui fera se rencontrer des metteurs en scène et les élèves pour construire “intégralement” des spectacles présentés en public au théâtre.
L’objectif étant ici d’apprendre et aussi de désapprendre, pour ne jamais rester sur des acquis, mais être toujours sur le qui-vive, dans l’énergie de ce qui se crée, de ce qui est à faire. L’acteur au LFTP n’est pas un acteur au repos ; c’est un acteur en vie, dans un désir permanent de Théâtre.

En un mot, l’élève qui viendra au LFTP sera un acteur qui s’engagera.

Maxime Franzetti.



Le LFTP aura comme partenaire le Théâtre de Vanves, scène conventionnée pour la danse, qui est une plateforme incontournable de la jeune création et qui favorisera les rencontres et les différentes actions théâtrales.
Le lieu de travail du Laboratoire est aussi un théâtre qui accueillera tout au long de l’année des compagnies émergentes, l’occasion pour les élèves de rencontrer des formes nouvelles, de forger son expérience de spectateur et d’échanger en direct avec les metteurs en scène et acteurs.


Télécharger la plaquette du LFTP